Menu
Coups de coeur
Vins disponibles à la SAQ
Importations privées
Produits du terroir québécois
Palmarès Vins rosés
Meilleurs Champagnes &
   mousseux
• Vins Bio


    Services
Accord vins et mets
Veille oenologique
Portrait d'un vigneron
Recettes des chefs
Trucs & astuces
Cours sur demande
Dégustation sur demande
Services aux restaurateurs
Organisation d'événements
Formation en entreprise
Services conseil
Bulletin


    Références
Fiche de dégustation
Tableau des millésimes
Guide des restaurants
Message aux producteurs
Commanditaires
Activités à ne pas manquer
Trousse Média

 

    Réseau international de professionnels et d'amateurs passionnés des vins!
  Accueil   |   À propos de nous   |   Devenez membre   |   Bulletin   |  Trousse média   |   Contact

 

    Trop tôt ou trop tard? 

Quel oenophile ne s'est-il jamais interrogé sur ces angoissantes questions : « Est-il trop tôt ou trop tard pour ouvrir cette bouteille de vin? Est-ce un vin qui doit être bu maintenant ou dois-je attendre et le laisser vieillir »? Pourtant, le plus important n'est-il pas le fait qu'au moment où l'on goûte un vin on y trouve, avant toute autre chose, du plaisir?

Il arrive rarement de déguster un vin exactement au moment idéal, c'est-à-dire quand il est à son apogée. On le goûte, la plupart du temps, soit trop jeune ou trop vieux. Peut-être faut-il arrêter de se « morfondre » avec cela. Évidemment, quand on choisit d'ouvrir une bouteille de vin, il faut prendre garde à ne pas perpétrer un infanticide évident, mais il ne faut pas non plus craindre de déguster des vins a priori trop jeunes. Il y aura bien certaines fois où le vin sera, à l'évidence, trop jeune, cependant il y aura aussi de très nombreuses fois où le vin apparemment trop jeune sera superbe.

Ainsi, il peut être tout à fait correct de juger « sur le tas » du potentiel de garde ou non d'un vin, et alors, si on en a plusieurs bouteilles dans sa cave, on pourra opter pour en attendre quelques'une et juger de l'évolution de ce vin dans le temps, ou bien lorsque
nécessaire, décider de le boire sans tarder! Il ne faut pas craindre l'expérimentation et les essais, car ils font partie du plaisir d'apprendre, de déguster et sont essentiels au raffinement de nos connaissances. L'important c'est le plaisir.

Il faut être prudent avec les avis de professionnels ou non qui estiment le potentiel de garde d'un vin à 10, 20, 50 ans... Il faut toujours garder en tête que ces estimations dépendent des conditions de garde chez soi autant que du goût très personnel de chaque dégustateur. Il ne peut y avoir de règle absolue en la matière. Un vin dans sa jeunesse insolente peut être tout aussi délicieux et intéressant qu'un vin vieux. Il faut simplement qu'il soit bon, même si, en tout état de cause, il est préférable de déguster un vin trop jeune que trop vieux.

Parfois, ce qui peut empêcher d'apprécier ce que l'on a dans son verre est le fait qu'un vin soit fermé, donc qu'il n'ait rien à dire. À ce moment-là, le vin peut être trop jeune. Des tanins trop agressifs empêchent également d'apprécier le vin. Si on sent que ces tanins peuvent se fondre, on peut dire que le vin est trop jeune. Dans pareil cas, souvent, un bon passage en carafe le rendra plus agréable et accessible.

À l'opposé, un vin vieux avec des arômes tertiaires peut être un grand moment. Mais s'il est passé, aucun plaisir non plus. Et quand le vin est trop vieux, c'est irrémédiable, on ne peut rien faire pour remédier à la situation.

Alors évidemment on dit souvent : « Ce vin est bon, mais il sera meilleur dans 5 ans, 10 ans, etc. ». Pourquoi bouder son plaisir du moment présent? Est-on tout à fait sûr qu'il sera meilleur dans 5 ans? Ne serait-il pas désolant de goûter un vin en se disant : « Il devait être meilleur il y a 5 ans, 10 ans... J'aurais donc dû! »

Rappelons-nous donc que le vin est synonyme de plaisir et de fête. Ouvrons une bonne bouteille, préférablement avec des amis, et vivons pleinement le moment présent.
 


 

Copyright © 2004 - 2010 alain.lebel.net / Tous droits réservés