Menu
Coups de coeur
Mot du sommelier
Cours sur le vin
Activités de dégustation
L'univers du vin
Accord vins et mets
Recommandations de vins
Portrait d'un vigneron
Calendrier des activités
Recettes des chefs
Trucs & astuces
Devenez membre


    Services
Veille oenologique
Cours sur demande
Dégustation sur demande
Services aux restaurateurs
Organisation d'événements
Formation en entreprise
Services conseil
Voyages viti-vinicoles
Bulletin


    Références
Fiche de dégustation
Tableau des millésimes
Guide des restaurants
Message aux producteurs
Membres corporatifs
Commanditaires
Activités à ne pas manquer
Trousse Média

    L'univers du vin
Les régions viticoles
Les arômes du vin
Les cépages
La classification des vins
Les étiquettes
Les millésimes
La cave à vin et la préservation

La dégustation du vin
Le service du vin

    Communauté d'amateurs et de professionnels passionnés des vins!
  Accueil   |   À propos de nous   |   Devenez membre   |   Bulletin   |  Trousse média   |   Contact


 Mars 2006

 

    Pour en finir avec les vins bouchonnés 
Source : Louis Boisclair
Sélections Internationales
.


Tout le monde en parle, mais la plupart tardent à agir. La capsule dévissable : pour en finir, une fois pour toutes, avec les vins bouchonnés.

Montréal, 6 mars 2006 - Le Chablisien Michel Laroche était de passage au Québec en mars afin d’expliquer pourquoi sa maison a jugé essentiel que toutes les bouteilles Laroche soient désormais surmontées de la «capsule à vis», comme on l’appelle aussi. Ces dernières années, des problèmes liés à l’utilisation du liège ont engendré des faux goûts désagréables sur de 5 % à 10 % de la production de vin, partout à travers le monde. Près de deux bouteilles sur 20 actuellement sur le marché sont donc potentiellement altérées!

La solution pour contrer ce fléau et préserver la pureté du fruit, en plus de garantir l’authenticité du produit : troquer le problématique liège pour la capsule dévissable, fiable à 100 % et si facile à ouvrir. Tous le savent dans le milieu du vin, tout le monde en parle, mais bien peu osent passer aux actes. Le Chablisien Michel Laroche, dont plus de 700 000 bouteilles de vin sont vendues chaque année au Québec, a pour sa part décidé de ne plus tourner autour du pot.

EN DONNER AU CONSOMMATEUR POUR SON ARGENT
Celle-ci ornera non seulement les vins d’entrée de gamme de Laroche, mais également jusqu’aux grands crus produits par la maison en France et nommément à Chablis, où se trouve son siège social. Laroche se distingue donc de la grande majorité des autres producteurs de vin, qui n’acceptent la capsule que pour leurs vins plus modestes. Un mythe tenace voudrait en effet que les vins respirent à travers le liège, ce qui leur assurerait un meilleur vieillissement. Les plus grands chercheurs ont pourtant démontré que le vieillissement du vin s’effectuait plutôt en milieu réducteur, à l’abri de toute oxydation. La capsule dévissable peut donc surmonter durant des décennies, sans problème, jusqu’aux plus grands vins de la planète!

Même les sommeliers, qui verront leur pratique changer avec l’arrivée massive et inévitable des bouteilles qu’on dévisse, reconnaissent le bien-fondé de la démarche. Aux yeux des connaisseurs et même des plus grands critiques, la capsule dévissable a en effet fait ses preuves. Synonyme de fiabilité, elle constitue le choix naturel et sensé pour obturer la très grande majorité des vins produits partout dans le monde.

ACHETER LES YEUX FERMÉS
Le problème avec le liège et les vins bouchonnés, c’est que les bonnes odeurs sont évacuées au profit d’envahissantes et pénibles odeurs d’humidité et de carton mouillé. En bouche, les vins contaminés conjuguent dureté et astringence. Le pire, c’est que la plupart des consommateurs estiment alors le vin lui-même intrinsèquement désagréable, au lieu d’en rejeter la faute sur le liège défectueux. Grâce à la capsule dévissable, le consommateur n’a plus à s’inquiéter d’un éventuel problème de bouchon : il en obtient à tout coup pour son argent! Fraîcheur, pureté aromatique et goût à la fois conforme et typique. Au terme de son long et passionnant parcours de la vigne jusqu’au verre, le vin conservera son authenticité, l’amateur goûtera vraiment les fruits de la terre et d’un travail méticuleux.

LA NAISSANCE D’UNE TRADITION
«À l’arrivée du liège pour boucher les bouteilles, voilà quelques siècles, la méfiance a d’abord été de mise face à ce nouveau mode d’obturation. Parions qu’une fois les premières explications diffusées et acceptées, les consommateurs québécois accueilleront avec empressement la formidable révolution apportée, en ce 21e siècle, par la capsule dévissable», de conclure Michel Laroche.

À PROPOS DE LAROCHE
La famille Laroche produit et élabore des vins de Chablis depuis 1850. Michel Laroche, qui représente la 5e génération, a rejoint le domaine familial en 1967 pour perpétuer la tradition et poursuivre l’oeuvre entreprise. De six hectares à la fin des années 60, le vignoble du Domaine Laroche atteint aujourd’hui plus de 130 hectares. De Chablis au Chili, en passant par l’Afrique du Sud, le Groupe Laroche commercialise en moyenne 200 000 caisses de Chablis par an et exploite environ 300 hectares en partenariat avec d’autres producteurs.

 

____________________


Michel Laroche


Déclinaison de couleurs brunes
28 mois après embouteillement

 


Bouchon de liège trempant dans l’eau
sur une période de 15 jours

 


La solution : la capsule dévissable
 
     Les chroniques précédentes  

Pour prendre connaissance des chroniques précédentes cliquez ici.

 

     L'univers du vin

Vous pouvez également consulter les rubriques suivantes de l'univers du vin:

 

 

Copyright © 2004 - 2006 alain.lebel.net / Tous droits réservés